Au royaume des agrumes

Nous postons cet article aux saveurs siciliennes depuis le Centru di Corsica. Ici c’est la saison du figatellu et du brocciu. Des produits corses, du terroir corse, confectionnés par des corses. Une île de beauté vidée de ses touristes, que l’on traverse sous le soleil en effrayant vaches et cochons sauvages. Revenons à nos moutons…

De Messina, où l’on débarque en Sicile, on fait un saut en train jusqu’à Catania. Le compte à rebours du retour est en route et l’on est un poil à la bourre. On est aussi pressé de rencontrer Giuseppe ! ;) C’est un ami de l’autre Giuseppe rencontré à Venise qui nous a « envoyé » chez lui. Cycliste aussi, le voyage à vélo le tente énormément. Il nous réserve un accueil fantastique !

Samedi matin, on part avec Giuseppe et Rosana au marché de Catania. On y retrouve les voisins, ils nous font une belle blague et surprise en nous faisant déguster des tripes ! De toutes sortes, de différentes textures plus ou moins gluantes. Elles sont simplement cuites dans un bouillon et l’on y presse quelques gouttes de citron dessus avant de les manger. On est pas de grands amateurs, mais on avoue que c’était plutôt réussi. C’est un tout petit stand dans un coin de rue, un gars fait cuir ça dans une énorme marmite, les découpe sur la table à la demande et les pousse sur un coin de table où tu picores directement. Authentique. Les habitués, pour la plupart des anciens, qui ont fini leur tour de marché viennent y manger quelques morceaux, comme certains prennent un café.

Traditionelles tripailles au marché de Catania

Traditionelles tripailles au marché de Catania

On arrive à Catania juste avant le grand carnaval. Pendant une semaine toute la ville est en vacances pour célébrer leur sainte protectrice Sant’Agata. On a pu voir la préparation du « char » qui transporte la statue de la sainte. Il est tiré par des hommes lors d’un grand cortége. Sant’Agata protège les habitants du grand et majestueux Etna. Une anecdote : lors d’une éruption, la lave ce serait arrêté juste devant la chapelle de Sant’Agata au pied de l’Etna.

Santa Agatha, protectrice de la ville

Santa Agatha, protectrice de la ville

En 1669 et 1693, la ville fut en partie recouverte par des coulées de lave et des tremblements de terre. Sous la ville on peut y voir les ruines. Giuseppe nous a même amené dans le sous-sol d’un café où l’on peut voir une rivière souterraine passer sous la couche de lave. Ce volcan est certes moins dangereux que le Vésuve, une coulée de lave avance de 100 mètres par heure, sa progression est lente ce qui permet d’avoir le temps d’évacuer si une éruption importante venait à se passer. Le soir de notre arrivée à Catania, Rosana nous apprend qu’une éruption vient d’avoir lieu, la première de l’année 2014. Le lendemain de nuit, on aperçoit en effet une petite coulée rouge. Impressionant ! On était comme des gamins.

Le lendemain, on y monte en voiture. Pas tout en haut bien sûr, mais aux alentours de 2 000 mètres, sur un ancien cratère. C’est un environnement vraiment nouveau pour nous, un univers complètement minéral et une roche si particulière.

Les dessous de Catania

Les dessous de Catania

Sur les flancs de l'Etna avec Giuseppe. On a failli s'envoler !

Sur les flancs de l’Etna avec Giuseppe. On a failli s’envoler !

Un des repas délicieux et animés chez Giuseppe et toute la famille

Un des repas délicieux et animés chez Giuseppe et toute la famille

Les canolli ! un régal, en particulier ceux-là

Les canolli ! un régal, en particulier ceux-là

On décide de traverser la Sicile par les terres. Des terres riches (en particulier sur les alentours de l’Etna) qui regorgent d’agrumes, de pommes, de poires, d’oliviers, de fenouil (ils en raffolent), d’artichauts, de choux-fleurs… C’est l’abondance ! Depuis le sud de l’Italie, on achète nos fruits et légumes souvent auprès des petits Piaggio (triporteurs miniatures) stationnés dans les coins de rue en ville. Ce sont des paysans locaux, souvent des papis qui font ça pour se faire trois sous. Tout à un euro le kilo, voir moins… le paradis !
Il nous est arrivé de faire des repas entiers d’agrumes. Une bombe ! Un bivouac au bord d’un champ d’agrumes nous permettra d’avoir le petit déjeuner à portée de main et de toute fraîcheur !

A San'Anastasia on entre dans les terres

A San’Anastasia on entre dans les terres

Du local, on fait le plein ! Un papi super sympa qui nous a fait goûter toute sa marchandise

Du local, on fait le plein ! Un papi super sympa qui nous a fait goûter toute sa marchandise

Des oranges en pagaille... mais chuuuuuut faut pas le dire

Des oranges en pagaille… mais chuuuuuut faut pas le dire

Après un peu trop d’asphalte, on tente l’aventure en prenant la SP 37 qui s’avère… aventureuse ! On traverse des collines complètement désertes, des fermes abandonnées, des troupeaux errants avec toujours la silhouette de l’Etna au loin.

Pour l'instant tout est magnifique...

Pour l’instant tout est magnifique…

... puis deux kilomètres plus loin...

… puis deux kilomètres plus loin…

... on s'embourbe ! et on gratte

… on s’embourbe ! et on gratte

Des artichauts en pagaille

Des artichauts en pagaille

Bivouac pluie-soleil avant Piazza Armérina...

Bivouac pluie-soleil avant Piazza Armérina…

...du coup on observe le spectacle depuis la tente

…du coup on observe le spectacle depuis la tente

Toujours l'Etna au petit matin

Toujours l’Etna au petit matin

Piazza Armerina

Piazza Armerina

Une invitation spontanée d’Ennio via le site couchsurfing, nous amène à faire un petit crochet par Enna et Calascibetta, deux villages perchées sur des promontoires rocheux. Du coup lors des journées de mauvais temps, les deux villages ont la tête dans le brouillard des journées entières. On trouve un accueil fort réconfortant chez Ennio et sa famille ! Curieux de notre manière de voyager, Ennio nous fait rire en nous répétant la conversion entre sa mère et sa tante qui demandait : « Mais ils sont comment ? ils sont sales ? » :) Après seulement une journée, on a l’impression de faire partie de la famille par leur simplicité et leur naturel.

Perchés dans la vieille ville d'Enna, on attend notre sauveur dans le brouilllard

Perchés dans la vieille ville d’Enna, on attend notre sauveur dans le brouillard

Ennio, cracheur de feu - jongleur - barman

Ennio, cracheur de feu – jongleur – barman

Ennio, Donato et Giovanna à Calascibetta

Ennio, Donato et Giovanna à Calascibetta

Après deux jours de brouillard, on aperçoit enfin le village

Après deux jours de brouillard, on aperçoit enfin le village

On continue notre traversée par les montagnes pour rejoindre Palermo. Un paysage encore différent, les amandiers sont en fleur, les prairies et les bas-côtés de la route sont couverts de fleurs jaunes. Ça y est on se croit au printemps, on commence à rouler en tee-shirt. Les campagnes sont toujours désertes, toute la vie est concentrée dans les petites villes. Les petites boutiques de centre ville sont encore très présentes, les cafés d’anciens, les vendeurs (fruits, patates, poisson) et recycleurs ambulants participent à cette animation quotidienne.

Amandiers en fleurs sur tapis de fleurs jaunes

Amandiers en fleurs sur tapis de fleurs jaunes

Village de Cianciana

Village de Cianciana

Oliviers, prairies, troupeaux... on est tranquille quoi

Oliviers, prairies, troupeaux… on est tranquille quoi

Traversée sud-nord par les montagnes

Traversée sud-nord par les montagnes

Un 'cedri' un genre de citron doux, mais ça reste tout de même un citron !

Un ‘cedri’ un genre de citron doux, mais ça reste tout de même un citron !

Pique-nique sur les Champs Elysés

Pique-nique sur les Champs Elysées

La neige n'est pas si loin

La neige n’est pas si loin

Le contact avec les siciliens est un peu plus facile et généreux que dans le sud de l’Italie. Mais tout de même pas toujours évident : un soir après avoir roulé une journée sous la pluie, nous sonnons à plusieurs maisons pour demander s’ils avaient éventuellement un abri où poser la tente, mais ce sont des refus successifs. Nous finissons par embourber les vélos dans un chemin qui nous mène sous le pont d’un autoroute à côté de la voie de chemin de fer. Mais au sec ! Le moral en prend un coup, craquage et étincelles.

A Palermo, nous sommes hébergés par les parents de Giorgio, membre de warmshowers. Giorgio est lui aussi en voyage (à vélo bien sûr) en ce moment mais ses parents nous accueillent avec plaisir.

Palermo est une ville remarquable où règne une ambiance quelque peu orientale, par son architecture et les quartiers marqués par les empreintes des différentes cultures qui se sont succédées dans cette ville.

Palermo, et toujours les Piaggio

Palermo, et toujours les Piaggio

Oranges à 50 centimes le kilo, dolcissimo !

Oranges à 50 centimes le kilo, dolcissimo !

Théâtre Massimo, Palerme

Théâtre Massimo, Palerme

Via Liberta, Palerme

Via Liberta, Palerme

Une touche d'exotisme

Une touche d’exotisme

Brocante et friperies

Brocante et friperies

Ficus à tentacules

Ficus à tentacules

Allons faire un tour au marché Ballaro :

Marché Ballaro

Marché Ballaro

Des choufleurs de taille, en pagaille

Des choux-fleurs de taille, en pagaille

Espadon, poisson local

Espadon, poisson local

Artichauds et commérages

Artichauds et commérages

Et la bidoche

Et la bidoche

 Ici on sert la glace dans des brioches, bien fat, bien bon

Ici on sert la glace dans des brioches, bien fat, bien bon

Snack typik, 'panelle' fritures à base de farine de pois chiche

Snack typik, ‘panelle’ fritures à base de farine de pois chiche

Cathédrale de Montreale, tout est en mosaïques plaquées or. Un chef d'oeuvre !

Cathédrale de Montreale, tout est en mosaïques plaquées or. Un chef d’oeuvre !

A bientôt sur la prochaine île !

Publicités

5 Commentaires

  1. Coucou les cousins,
    désolée de cette réponse tardive (bug informatique !!!) mais nous sommes toujours prêt à vous recevoir à Nice, en plus, vous tombez en plein carnaval et c’est les vacances pour nous !!!
    J’ai reçu un colis avec des boulons (je crois) je suppose que c’est les pièces qui vous manque …

    est ce que vous savez combien de temps vous allez pouvoir rester ???

    Gros bisous à vous 2

    Aurore

  2. je me demande à quoi sert le cornet à l’envers sur la glace et la brioche ?!!!
    à bientôt :)

  3. Pau Valls, Carme, Júlia i Arnau. · · Réponse

    Celine & Benoit, desde Salt (Girona, Catalunya) toda la família os vamos siguiendo en vuestro viajoe. Magníficas fotos y magníficos recuerdos.

    Un saludo.

  4. Bon, j’aimerai un peu moins les gras-doubles désormais !
    Nous vous attendons avec impatience.
    Prévoyez quand même quelques pourboires pour nos matelots corses, si vous voulez naviguer entre leurs grèves et être à l’heure.
    A bientôt,
    Antoine

  5. Jeanine - FRONTIGNAN · · Réponse

    Dernière île… et dernier continent…. Sniff !!!
    C’était si bien de vous suivre tout au long de cette longue escapade.
    Mais quelle enrichissante expérience vivez-vous !
    Bises à tous deux.
    Jeanine

Écrivez-nous un petit message... on sera super content !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s