En France ! enfin presque…

Drôle d’impression que de voir l’île se rapprocher et penser que nous allons poser nos roues en France… enfin plutôt en Corse ! :)

La France ! on arrive à Bonifacio

La France ! on découvre les falaises blanches de Bonifacio

Bonifacio

Bonifacio

La météo nous réserve un accueil incroyable : on sort les pantalons courts, les tee-shirts et les sandales. Les touristes sont peu nombreux en cette saison, on se régale de la ville. Des vendeurs d’oursins sont là, mais on ira pas les caresser.

Bonifacio

Bonifacio

Bonifacio

Bonifacio

Bonifacio

Bonifacio

On roule dans le maquis, cette végétation si particulière, dense, pas très haute, piquante et griffante quand on cherche un coin pipi. On y trouve du thym, du romarin, des arbousiers… Que de bonnes odeurs !

Curieuses formations rocheuses sculptées par le vent et le sable

Curieuses formations rocheuses sculptées par le vent et le sable

Les hautes façades de Sartène

Les hautes façades de Sartène

Ces grandes bâtisses de granit gris quelque peu austères, nous permettent de très bien imaginer les histoires de vendettas que l’on a pu lire sur la ville.

Mimosa et eau fraiche

Mimosa et eau de source

On retrouve de nombreuse sources et fontaines sur le bords des routes et dans les villages, pour notre plus grand bonheur. On a rencontré une grand-mère qui tout les dimanches venait déboucher la fontaine lors de son petit tour à pied. Très amusante, elle nous disait qu’elle n’était pas d’ici, oh non, qu’elle avait suivi son mari il y a longtemps. Sur le coup on a pensé qu’elle venait du continent, en fait elle était originaire d’un village à 80 km de là.

Sartène : la plus corse des villes corses, disait Prosper Mérimée. Il aurait pas tort...

Sartène, la plus corse des villes corses, disait Prosper Mérimée.

A Sartène, en arrivant sur la petite place du village, on est surpris d’entendre des « salam alekoum ». Des papis sont là à papoter sur les bancs. Une communauté maghrébine vit ici, en promenant des jeunes me propose même de visiter « l’immeuble des arabes » en rigolant.

En redescendant de Sartène

En redescendant de Sartène

Du mimosa plein le nez !

Du mimosa plein le nez ! Tous les jours une brindille vient colorer mon guidon

Démaquisage

Démaquisage :)

Sainte Lucie de Tallano

Sainte Lucie de Tallano

Petit déj sur l'herbe à Bavella

Petit déj sur l’herbe à Bavella

Les aiguilles de Bavella

Les aiguilles de Bavella

Les aiguilles de Bavella

Les aiguilles de Bavella

Au col de Bavella, nous laissons nos vélos à la gentille dame de l’auberge. Nous partons pour une petite rando au Trou de la Bombe en compagnie de son chien. Les sous-bois sont complètement labourés par les cochons et sangliers. Dans l’auberge on prendra une tisane et une tarte à la châtaigne sous les énormes jambons qui sèchent. Le brouillard grimpe petit à petit, donc nous redescendrons le col avec la lumière et les moufles.

Le Trou de la Bombe, près de Bavella

Le Trou de la Bombe, près de Bavella

Sur la route on se fait des copains :

Mon copain le chien

Mon copain le chien

Mon copain le cochon

Mon copain le cochon

Se fondre dans le paysage

Se fondre dans le paysage

Alors que la fin de la journée approche et que la pluie nous mouille, un gars cigarette électronique au bec (oui on vient de découvrir ce nouveau truc) nous arrête et nous propose d’aller s’abriter chez lui dans un cabanon un tout petit plus loin. On pose la tente entre les outils de jardins et un vieux solex.
On profite d’un petit point de vente de fruits et légumes venant directement du producteur. On y trouve les fameuses clémentines corses, des kumquats et des avocats. L’avocat pousse en Corse on en revient pas.
Les prix des fruits et légumes du commerce nous font vraiment halluciner, dans les markets, les kiwis à 50 ct pièce ou les pommes à 3 euros le kilo sont la norme.

Dans la cabane au fond du jardin

Dans la cabane au fond du jardin

Figatelles !

Figatelles !

Une recette  : la figatelle en papillote ! Découper dans la longueur une baguette de bon de pain. Piquer la figatelle et la disposer dessus, rouler le tout dans une papillote et passez au four. Le top !
C’est Mathilde et Raphael à Corte, qui nous font déguster ces bonnes choses. Corte sera pour nous une étape « spécilités corses » on fait l’intégrale : brocciu, tartes aux herbes et aux oignons, pietra, liqueur de myrte, canistrelli, fiadone (tarte au brocciu et citron), falculella (gâteau cuit sur une feuille de châtaignier)…

Corte, place Gaffori

Corte, place Gaffori

La citadelle de Corte

La citadelle de Corte

En quittant Corte

En quittant Corte

Mathilde nous conseille une petite route magnifique pour quitter Corte. Amandiers en fleurs, sommets enneigés, petits cours d’eau limpide, grand soleil, pont de pierre, vaches sauvages…  on savoure ces moments ! … avant de redescendre sur la nationale.

En quittant Corte

En quittant Corte

Vache et veau sauvages

Vache et veau sauvages

Avec ce soleil, les siestes s'imposent

Avec ce soleil, les siestes s’imposent

Le désert des Agriates

Le désert des Agriates

Rencontre imprévue, il y a 35 ans Patrice voyageait aussi à vélo

Rencontre imprévue, il y a 35 ans Patrick voyageait aussi à vélo. On plante la tente près du restaurant qu’il garde durant l’hiver.

St Florent et le Cap Corse au fond

St Florent et le Cap Corse au fond

Le village de Nonza

Le village de Nonza

Les toits en lauze à Nonza

Les toits en lauze à Nonza

Plage de Nonza et au fond une ancienne exploitation d'amiante

Plage de Nonza et au fond une ancienne exploitation d’amiante

Jardins en terrasse à

Jardins en terrasse

Sur la route du Cap Corse

Sur la route du Cap Corse

Tout le long de la route du Cap Corse, une succession de tombeaux familiaux se dressent. De vrais temples miniatures. Il y a très longtemps les cap-corsiens avaient immigrés aux Amériques et étaient revenus en Corse les poches pleines et firent construire d’immenses maisons sur les flancs de la côte.

Tombeau familial

Tombeau familial

Le Cap Corse et l'île de la Giraglia

Tout au bout : le Cap Corse et l’île de la Giraglia

Tour génoise sur la route de Bastia

Tour génoise sur la route de Bastia

On arrive à Bastia en fin d’après-midi, nous prenons le bateau le lendemain matin. Du coup il a fallu trouver un bivouac en ville, le parc de la citadelle fut parfait avec vue sur le port.

Dernière nuit dans le parc de la citadelle à Bastia, avant de prendre le bateau le lendemain

Bastia

A tout bientôt pour l’ultime article !

Publicités

4 Commentaires

  1. Mais c’est beau ! Mais c’est beau ! ;-)

  2. Jeanine - FRONTIGNAN · · Réponse

    Oh non, pas encore l’ultime. Continuez votre voyage pour votre bonheur,
    et le nôtre ! Et que ça dure longtemps, longtemps…
    Bises.
    Jeanine

  3. Ah ouais trop beau !
    ça donne trop envie de découvrir la Corse
    Marie-Aude

  4. Bravo pour votre périple…
    Profitez au max des dernières journées de voyage… On revient si vite dans la routine…

    Mic & Celine.

Écrivez-nous un petit message... on sera super content !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s